Toxicité dans Sophie : info ou intox ?

Sophie la Girafe n'a pas pris une ride depuis plus de soixante ans, de quoi fâcher celles qui ont le même âge. Mais apparemment Sophie la Girafe ne fâche pas que les mamies. A l'heure où de nombreuses questions sont posées sur la composition des jouets de nos enfants, notamment la remise en question de l'utilisation des bisphénols, notre Sophie a su rester elle-même.

Elle est toujours encore fabriquée en France, de façon artisanale et surtout elle est entièrement faite de matériaux 100 % naturels. Aucun des plastiques incriminés ne la souille et les pigments qui lui donnent son caractère si particulier et qui nous est si cher depuis notre enfance, sont tous de qualité alimentaire et appliqués à la main. Je comprends qu'un jouet aussi irréprochable puisse attiser les convoitises et rien de plus facile que de répandre des rumeurs.

Si Sophie était toxique, je dirais que ça se saurait. Or aucune plainte n'a jamais été déposée et c'est sans état d'âme que j'ai offert Sophie la Girafe à mes enfants. Même mes parents qui en avaient déjà fait de même avec moi ont été attendris et étonnés de retrouver encore aujourd'hui ce jouet qui correspond si bien aux besoins et au plaisir des tout petits par sa forme particulièrement bien adaptée à la taille de leurs menottes.

Sophie la Girafe, un jouet sûr

Le bisphénol A a d'ores et déjà été interdit en Europe pour tous les produits de puériculture, mais qu'en est-il de l'origine des jouets de nos enfants ? Tout le monde connaît les méandres et les subterfuges qui peuvent être utilisés pour affirmer qu'un produit est d’origine européenne. Certains scandales, vite étouffés, visent le fait qu'un assemblage en Europe suffirait à rendre le produit européen.

Mais que savons-nous au juste et en toute transparence de la composition des éléments de base avant assemblage des jouets que nous imaginons être bien adaptés à nos enfants ? Pour ainsi dire rien, les industriels se gardent bien de nous renseigner et les lobbies font leurs choux gras pour entretenir l'opacité en la matière.

Il y a aussi les autres bisphénols qui font l'objet de lancements d'alerte des scientifiques qui reçoivent peu d'échos dans la mesure où les nombreuses études en cours n'ont pas encore abouti. On ne peut donc rien affirmer pour le moment, mais moi j'ai préféré privilégier avant tout la sécurité de mon bébé selon le principe qui dit « dans le doute abstiens-toi » et je suis tout à fait tranquille avec Sophie la Girafe, je suis sûre d'elle, même si je sais qu'elle n'aime pas prendre un bain à cause du petit trou qui lui permet d'émettre son petit sifflement.